L'éclairage extérieur est le fondement pour les villes qui se veulent de plus en plus intelligentes

Après avoir dirigé Schréder Iluminação S.A. en tant que directrice générale, Maria Antónia Vestia est actuellement directrice régionale pour l'Europe occidentale au sein du groupe Schréder.
Elle a également suivi de près la création du pôle technologique de l'entreprise au Portugal, Schréder Hyperion, qui a ouvert fin 2019 à la Nova School of Business and Economics, sur le tout nouveau Campus Carcavelos.

Maria Antonio Vestia from Schréder shares her vision on lighting in smart cities


Pourquoi avez-vous décidé de poursuivre des études d’ingénieur ?
Eh bien, je voulais en fait être psychologue. Quand je me suis inscrite, j'étais tellement convaincue que j'aurais les notes suffisantes pour entrer en psychologie, que c'était le seul choix que j'avais fait. Mais un ami m'a dit : « Tu ne peux pas simplement t’inscrire à un cursus parce que tu sais que tu vas être acceptée. Tu pourrais plutôt choisir l'ingénierie de production industrielle, c’est très bien aussi. » J'ai suivi ce conseil et… j'ai vraiment adoré ! J'ai encore étudié la psychologie pendant un an pour m'assurer que je n'allais pas passer à côté d’une belle carrière. Mais l'ingénierie m'a vraiment captivée la première année.
 

Qu'avez-vous fait ensuite ?
J'ai commencé à travailler en tant que consultante dans le domaine de l'ingénierie. Mais au bout d’un an, j'ai estimé devoir chercher un travail « plus sérieux ». C'est à ce moment que j'ai fait mon entrée dans la fonction publique. J'ai rejoint l'administration du port de Lisbonne, mais je ne suis pas restée plus de six mois. J'ai ensuite postulé pour un emploi chez Schréder afin de rejoindre l'équipe commerciale, ce pourquoi je me passionnais. À cette époque, l'entreprise était en train de se transformer et ils voulaient que quelqu'un fasse la certification ISO de l'entreprise, ce qui était très innovant à l'époque.

Ce n'est qu'à ce moment-là que j’ai vraiment commencé à travailler dans le domaine commercial, en tant qu'ingénieur commercial pour les régions de l'Algarve et de l'Alentejo au Portugal. Puis, je suis devenue directrice commerciale pour le Sud puis directrice commerciale nationale du Portugal.

En 2005, j'ai atteint le poste de directrice générale de la société portugaise. J'étais la plus jeune directrice générale du groupe et la seule femme. La direction régionale de l'Europe occidentale était la prochaine étape et c'est là où je suis maintenant.
 

Comment est née l'idée de créer un pôle technologique, Schréder Hyperion, et qu'est-ce qui vous a poussé à choisir le Portugal pour l’installer ?
Je pense que c'est le résultat du bon travail que Schréder a toujours fait au Portugal, avec une grande cohérence et montrant qu'il y a beaucoup de talents et de très bonnes ressources humaines sur place. En un an, nous avons réussi à constituer une équipe d'une cinquantaine de personnes, avec un bon équilibre entre hommes et femmes, une quinzaine de nationalités différentes, le tout porté par un esprit très dynamique.

C'est aussi une action très forte du Groupe Schréder pour le marché : créer un centre dédié aux nouvelles technologies et ce que nous pensons être le futur de l'industrie de l'éclairage extérieur. Nous pensons que l'éclairage extérieur est le fondement des villes qui se veulent de plus en plus intelligentes. L'éclairage public, qui est partout, est la canopée parfaite pour rendre les villes plus polyvalentes et intelligentes, en utilisant ces luminaires qui, auparavant, ne faisaient que s’éteindre et se rallumer mais qui peuvent désormais communiquer entre eux.
 

Plus précisément, que fait Schréder Hyperion ?
Il se concentre sur le développement de logiciels et de solutions pour équiper nos luminaires. Je voudrais mettre en avant deux produits de notre portefeuille qui vont au-delà de l'éclairage. Le système de contrôle des villes intelligentes, appelé Owlet, qui permet aux villes et municipalités de contrôler à distance les luminaires, notamment via un ordinateur ou un smartphone ; et SHUFFLE, qui est une colonne intelligente et polyvalente équipée de différents modules qui vont du Wi-Fi à l'éclairage, en passant par le chargement des véhicules électriques, des haut-parleurs, un système de paiement électronique et j’en passe. En installant l'une de ces colonnes dans un parc ou dans une rue, nous pouvons faciliter la vie des citoyens, sans avoir besoin de plus d'équipement qui encombrerait l’espace public.


Est-il difficile de recruter des femmes et de les voir progresser ?
Je suis très préoccupée par la progression des femmes dans les entreprises et l'environnement de travail, en particulier dans les industries plus conservatrices comme les secteurs technologiques, car, malgré tous les efforts, il y en a encore très peu aux postes de direction. Construire une carrière prend beaucoup de temps et les femmes peuvent avoir envie de fonder une famille, ce qui interrompt leur parcours.

À leur retour, elles sont déjà désavantagées, rivalisant avec ceux qui ne sont jamais partis. Et ces jeunes femmes ont encore parfois des remords lorsqu'elles veulent se consacrer à leur famille. Les mères ne doivent pas avoir peur de dire qu'elles doivent partir tôt pour aller chercher leurs enfants, car cela fait partie de leur vie et ne diminue en rien leurs capacités, leurs efforts ou leur engagement dans l'entreprise. Elles doivent apprendre à y faire face.

 

*Cette interview a été initialement publiée en portugais pour PC GUIA